Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Delphine Alvado

C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de Delphine Alvado. Delphine fut comédienne associée du Théâtre à sa création, il y a 20 ans maintenant et elle a été depuis accueillie à de nombreuses reprises.

Lire la suite ici.


Devenir associé·e de la SCIC

Si vous souhaitez faire partie de la vie du Théâtre, nous vous invitons à rejoindre l'aventure en souscrivant une part de la SCIC et devenir associé·e du Théâtre !
Toutes les informations par ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Trois Soeurs

Compagnie : Lever du Jour - AGIT- Théâtre du Grand Rond
De : d'après Tchekhov
Mise en scène : Anne Bourgès
Avec : Nathalie Barolle, Delphine Alvado, Ines Fehner, Alex Malfi, Sébastien Bourdet, François Fehner, Antoine Bersoux, Ludovic Beyt

Représentation(s) :

durée 1h30
genre : Anne ma soeur Anne...

Le Propos :
Echoués dans une petite ville de garnison, trois sœurs et leur frère égrènent leur mal de vivre. Mais plus forte que l'ennui, l'envie de vivre les emporte. On rit, on chante, on s'enthousiasme, en attendant des jours meilleurs. Olga, l'aînée, est institutrice et a sacrifié sa vie affective pour veiller sur ses frères et sœurs à la mort de leur mère. Macha, mariée trop tôt à un homme qu'elle n'aime plus et qui refuse de le voir, alterne mélancolie et pics de colère. Andreï, leur frère, se noie dans la musique et porte tous leurs espoirs de réussite. Irina, a plus jeune, rêve d'amour absolu et d'un idéal de travail sain. Leur rêve : retourner vivre à Moscou, la ville de leur enfance, où le bonheur serait enfin possible. L'arrivée d'une garnison vient raviver leurs désirs.

Notre avis : Tchekhov a écrit un chœur sur la faiblesse humaine. Perdus face à un monde dont ils pressentent les bouleversements, les personnages sont comme des papillons fracassés sur l'ampoule du siècle à venir, et leur beauté réside dans cette persévérance vaine. Le corps traversé par des états excessifs et contradictoires, ils sont secoués d'élans, d'espoirs et puis de déceptions, mais jamais ils ne renoncent, ils se relèvent sans cesse. Piano, violon et accordéon soulignent la musicalité du texte et mêlent au jeu des comédiens un air d'âme slave...Presse

Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin