Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Delphine Alvado

C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de Delphine Alvado. Delphine fut comédienne associée du Théâtre à sa création, il y a 20 ans maintenant et elle a été depuis accueillie à de nombreuses reprises.

Lire la suite ici.


Devenir associé·e de la SCIC

Si vous souhaitez faire partie de la vie du Théâtre, nous vous invitons à rejoindre l'aventure en souscrivant une part de la SCIC et devenir associé·e du Théâtre !
Toutes les informations par ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
J’ai acheté une pelle chez Ikéa pour creuser ma tombe

Compagnie : Lever du Jour
De : Rodrigo Garcia
Mise en scène : Nathalie Barolle;Alexandra Malfi
Avec : Delphine Alvado;Anne Bourgès;Eric Vanelle

Représentation(s) :

durée 1h05
Genre: Tranches amères de société

Deux femmes, un homme. Ils sont chez eux, depuis longtemps, trop longtemps. La violence du monde, leurs questionnements quotidiens sur son état les empêchent de franchir le pas du dehors au point de pervertir leurs relations. Leur propre existence ne prend de sens qu'au travers de rapport de domination. Ils s'envoient à la gueule leur lâcheté, leur colère, leur révolte, leur bêtise, tellement humaines. Si message il y a, il est politiquement incorrect. " J'aime qu'à travers mes dialogues surgissent des idées dérangeantes, loin de ce positivisme de bon aloi. Manier la confusion pour susciter la réflexion ". Et si les situations sont confuses, les émotions qui en émanent sont sincères, saines, presque belles et teintées d'humour.

Rodrigo Garcia évoque la violence de ce monde avec acuité, avec une pertinence auquel nul lecteur et/ou spectateur n'échappe. Ses mots nous entraînent irrémédiablement vers des questionnements sur l'état du monde. " A la fois désabusés, victimes et acteurs de la dérive sociale, les comédiens incarnent au plus juste des personnages d'une humanité bestiale. Sans sur jouer, ils apportent la fantaisie nécessaire pour que ce cri de détresse ne sombre pas dans le désespoir " JL Martinez, La Dépêche 21/10/05

Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin