Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

[OFFRE DE STAGE]

Le Théâtre du Grand Rond recherche un·e stagiaire en communication.
Stage de 6 mois à compter de janvier 2021.
CV et lettre de motivation à envoyer à communication@grand-rond.org avant le 30 novembre.
Toutes les infos ici.

#cultureENFEU

Les messages #cultureENFEU reçus sont lisibles ici !
Et pour vous, que signifie pour vous assister aux spectacles vivants ?
Envoyez-nous vos textes à cultureenfeu@grand-rond.org.


Devenir associé·e de la SCIC

Si vous souhaitez faire partie de la vie du Théâtre, nous vous invitons à rejoindre l'aventure en souscrivant une part de la SCIC et devenir associé·e du Théâtre !
Toutes les informations par ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
(Blanche)


© Fabien Leprieult - Visages vagabonds
Compagnie : Compagnie Mue
De : Mathilde Montrignac
Mise en scène : Mathilde Montrignac
Avec : Mathilde Montrignac
Contribution artistique : Lise Avignon, Fanny Gaebel, Loan LeDinh

Représentation(s) :

Du 24 au 28 novembre 2020
!! ANNULE !!
Genre : danse
Durée : 50mn


Blanche est un monologue corporel. Rien que ça ! Blanche est porté par une jeune créatrice incroyable de talent. Rien que ça ! Prendre la parole, ce peut-être le désir de partager avec l'autre ce que l'on vit à l'intérieur. Rien que ça ! Mais est-il possible d'être vraiment compris ? Et comment trouver les mots justes pour se faire comprendre ? Rien que ça ! Le silence en dit parfois bien plus long que n'importe quel mot. Venez partager ces mots et ce silence avec elle, avec nous. Rien que ça ! Entre nous.

La prise de parole est intimement liée à la place que l'on prend dans l'espace, physique et sonore. Une place que l'on se choisit pour dire. Il apparaît aussi que le corps est le premier véhicule de la parole. Que ce corps nous donne beaucoup à entendre dans ce qu'il nous donne à voir. C’est tout cela – et bien plus encore – qu’explore Blanche avec son écriture dansée, soufflée, mouvementée et nourrie de textes de Jean-Luc Lagarce.
Du corps donc, mais pas mal de textes aussi. Ceux de Lagarce entreront en cohabitation avec des poèmes sonores et des flux de paroles improvisées pour nous tracer les contours de l'histoire de cette femme, seule ou oubliée, désireuse de nous dire quelque chose. Une façon extrêmement riche de fouiller les ressorts de la communication non-verbale, et d’interroger la danse et la présence du corps. De la poésie à l’état brut, un moment suspendu, une découverte incontournable.





Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin