Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Delphine Alvado

C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de Delphine Alvado. Delphine fut comédienne associée du Théâtre à sa création, il y a 20 ans maintenant et elle a été depuis accueillie à de nombreuses reprises.

Lire la suite ici.


Devenir associé·e de la SCIC

Si vous souhaitez faire partie de la vie du Théâtre, nous vous invitons à rejoindre l'aventure en souscrivant une part de la SCIC et devenir associé·e du Théâtre !
Toutes les informations par ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Le Noir vous va si bien (Salle Molière de Launaguet)

Compagnie : Theatre du Grand Rond et le printemps à l'intérieur
De : Jean Marsan (d'après O'Hara)
Mise en scène : Anne Bourgès
Avec : Nathalie Barolle;Alain Régus;Delphine Alvado; Alexandra Malfi; Eric Vanelle

Représentation(s) :

ATTENTION. CES REPRESENTATIONS ONT LIEU A LA SALLE MOLIERE DE LAUNAGUET - RUE SATURNE

C’est l’occasion de vous remercier.
Créé fin janvier au Grand Rond, nous avons en effet joué deux semaines à guichet fermé.
Nous reprenons donc, avec la même joie gourmande, cet immense succès du théâtre de boulevard des années 70. Loin d'une reprise poussiéreuse et paresseuse de ce texte digne d'un des meilleurs Feydeau, c'est à un véritable travail d'acteur et de mise en scène au service d'un comique d'une efficacité diabolique auquel nous vous convions.
Quelques mots de l'histoire… Lady Lucie Kalfayan est riche, très riche. Pourquoi ? Elle a tué ses 5 premiers maris à seule fin d'hériter. John Mc Lesby est riche, très riche. Pourquoi ? Il a tué ses 6 premières femmes à seule fin d'hériter. Peter Campbell est triste, très triste. Policier intègre, il ne parvient pas à coffrer ces deux absolues crapules. Et puis un jour la chance lui sourit, il parvient à faire se rencontrer les deux monstres. Attirés par leurs fortunes respectives, ils s'épousent, bien décidés à écourter au maximum la vie en commun.
La suite… un festival à la fois drôle et glaçant tant l'absence de morale des deux " héros " est patente, une joute verbale extraordinaire et un régal de mise en scène tant ce combat s'apparente à une danse de mort entre deux diables de haute volée.

Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin