Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Journal n°48 - septembre/décembre 2018

Feuilletez le journal ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Anticyclone


© Noémie Dehling
Musicien(s) : Frédéric Cavallin (batterie, glockenspiel), Marek Kastelnik (piano), Charlène Moura (saxophone, voix)

Représentation(s) :

du 20 au 24 novembre 2018 à 19h
Genre : Jazz climatique
Durée : 50 mn
Participation libre mais nécessaire !
Ouverture des portes à 18h30


Leur musique évolue dans un univers cinématographique, dans un jazz baroque empreint de rock progressif et de danse traditionnelle, avec  une écriture précise et une improvisation des instants.
Un trio qui percute et se moque des saisons (de toute façon il n’y en a plus).
Un saxophone sous pression, un piano envolé, un batteur de nuages.
Avec rage et mélancolie, Anticyclone cherche à faire pousser les petites fleurs de votre peau… Musique du temps qui passe, du temps qui court, du temps qu’il fait.

Le trio se rencontre fin 2012 avec l’envie de mettre en commun les expériences de chacun des membres. Anticyclone leur permet de laisser libre cours à leur imagination pour mieux assembler ces nombreuses influences et composer un bouquet original où se mélangent le populaire, le lyrique et l’expérimental.

Pour aller plus loin : anticyclone.eu/
 


Née dans l’univers d’Uzeste Musical, Charlène Moura est une enfant d’bal qui découvre le fifre au sein des ripataoulères gasconnes. Le répertoire traditionnel lui offre le goût de la ritournelle comme une matière essentielle à ses compositions, un lien entre ses racines et ses expérimentations. Elle découvre le saxophone alto et ses airs enjazzés et se plonge dans l’improvisation avec l’envie d’y confronter son univers personnel et ses influences musicales. Elle voit la musique comme outil d’échange et de questionnement et s’intéresse ainsi au mélange des Arts pour servir l’expression. Après une formation théâtrale et musicale, elle arbore de nouveaux chemins artistiques en participant à des projets liant voix, corps et instruments.

Frédéric Cavallin débute la batterie à 8 ans, étudie à l’école Dante Agostini puis à l’école Music’halle à Toulouse, découvre les percussions orientales avec Ali Alaoui, et suit l’enseignement du joueur de Tabla indien Debashish Brahmachari. Au hasard d’un voyage en auto-stop en Grèce en 1994, il découvre la puissance de la musique traditionnelle. Sur cette petite île des Cyclades, les conditions sont idéales pour observer l’unique corps que représente une langue, un geste, une danse, une respiration... À son retour, la futilité de ces musiques de culture d’emprunt que sont le funk ou le jazz lui devient insupportable. Il découvre l’idée de folklore imaginaire de Bélà Bartok et la musique de Tesi/Vaillant à travers « Veranda ». Un gigantesque univers des possibles s’offre désormais à lui. Il travail notamment avec Éric Lareine, , Bazar Boutik,  le Trio Amor Fati, et forme avec Patrique Vaillant et Daniel Malavergne le trio Palomar. Prolifique, gourmand, son travail se situe entre le free jazz le plus exigent et la musique traditionnel la plus ancestral.

Marek Kastelnik a appris le piano en autodidacte et se joue des styles musicaux trop connotés de son instrument pour mieux les détourner. Après une exploration purement mélodique et harmonique à l’adolescence, c’est vers le cabaret qu’il se tourne au sein de l’école de théâtre d’Agen. Il accompagne alors les nombreux chanteurs et découvre le vaste répertoire de la chanson Française du 20ème siècle. Il étudie la musique Contemporaine au Conservatoire de Bordeaux et découvre l’évolution que la musique dite « savante » a subit au cours des siècles. Il se passionne en particulier pour la musique impressionniste dont il apprécie le lyrisme mystérieux, et s’intéresse au travail des compositeurs de la deuxième partie du 20ème siècle pour leur avancée dans l’exploration du monde sonore.
Dans le même temps il se dirige vers l’improvisation et explore en tant que praticien la nature atonale et expérimentale de son langage musical. Il va jusqu’à étudier la facture instrumentale du piano pour mieux en cerner les possibilités. A l’issue de cette recherche, il réalise un spectacle musical insolite où se mêlent clown et expérimentation sonore.





Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin