Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Protocole d'accueil en temps de Covid

Pour tout savoir sur nos conditions d'accueil, les horaires et les bonnes pratiques, c'est par ici.


#cultureENFEU

Les messages #cultureENFEU reçus sont lisibles ici !
Et pour vous, que signifie pour vous assister aux spectacles vivants ?
Envoyez-nous vos textes à cultureenfeu@grand-rond.org.


Devenir associé·e de la SCIC

Si vous souhaitez faire partie de la vie du Théâtre, nous vous invitons à rejoindre l'aventure en souscrivant une part de la SCIC et devenir associé·e du Théâtre !
Toutes les informations par ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Isidore


© Djeyo
Compagnie : L'Escalier qui monte,
De : Jean-Christophe Houin,
Mise en scène : Jean-Christophe Houin,
Avec : Eric André,

Représentation(s) :
Le Mercredi 10 Septembre 2014 à 15:00:00
Le Samedi 13 Septembre 2014 à 15:00:00
Le Mercredi 17 Septembre 2014 à 15:00:00
Le Samedi 20 Septembre 2014 à 15:00:00
Le Mercredi 24 Septembre 2014 à 15:00:00
Le Samedi 27 Septembre 2014 à 15:00:00

A partir de 3 ans


Isidore vit seul. Depuis longtemps, peut-être trop d’ailleurs ! Sa vie s’organise autour de ses habitudes quotidiennes : le réveil matin, la toilette, le petit déjeuner… Pourtant, un beau matin, il découvre une graine et décide alors de la planter. Une fleur va éclore et avec elle, une amitié entre la plante et l’ermite.

Cette toute nouvelle camaraderie va obliger Isidore à changer ses habitudes mais va aussi lui faire découvrir de nouveaux jeux, de nouveaux horizons. Et un bonheur tout neuf… qui ne sera que de courte durée… Car la fleur va s’éteindre, comme toutes les fleurs, comme tout un chacun. Comment Isidore va t’il réagir à cette perte : reviendra-t-il à sa vie passée ? Cette amitié aura-t-elle au contraire planté une graine dans le cœur d’Isidore ?

[...] Isidore doit son charme et sa qualité à l'équilibre parfait de ses partis : un décor délicieux au réalisme discrètement tordu, plus délectable encore que tous les détails facétieux dont il est semé et qui raviront les grands plus encore que les pitchous ; l'ambiance de film muet qu'impose l'absence de texte, bien entendu, mais tout autant les choix musicaux, le bla-bla radiophonique crachotant en yaourt indéfini, le style uniment vieillot des accessoires et des costumes ; la balance d'un burlesque bon enfant et d'une poésie sans prétention. Et le choix d'un Eric André au jeu impeccable, dont la bobine un peu tirée et les expressions lunaires posent à elles seules le caractère de ce Pierrot de faubourg à la retraite. Un bonheur. « L'amour, s'il tient en une seule fleur, est infini. » Antonio Porchia (1885-1968)
J.O. Badia – Le Clou dans la planche





Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin