Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Devenir associé·e de la SCIC

Si vous souhaitez faire partie de la vie du Théâtre, nous vous invitons à rejoindre l'aventure en souscrivant une part de la SCIC et devenir associé·e du Théâtre !
Toutes les informations par ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Jeu


© A kan la dériv'
Compagnie : Compagnie A Kan la Dériv'
De : Anthony Diaz
Mise en scène : Anthony Diaz
Avec : Anastasia Puppis ou Zoé Poutrel (en alternance), Vincent Varène
Dramaturgie : Amel Benaïssa - Création musicale : Alice Huc

Représentation(s) :
Le Mercredi 14 Avril 2021 à 15:00:00
Le Samedi 17 Avril 2021 à 15:00:00
Le Mardi 20 Avril 2021 à 11:00:00
Le Mardi 20 Avril 2021 à 15:00:00
Le Mercredi 21 Avril 2021 à 11:00:00
Le Mercredi 21 Avril 2021 à 15:00:00
Le Jeudi 22 Avril 2021 à 11:00:00
Le Jeudi 22 Avril 2021 à 15:00:00
Le Vendredi 23 Avril 2021 à 11:00:00
Le Vendredi 23 Avril 2021 à 15:00:00
Le Samedi 24 Avril 2021 à 11:00:00
Le Samedi 24 Avril 2021 à 15:00:00
Réserver


A partir de 3 ans

Dans le cadre de la saison de Marionnettissimo

C'est l'histoire de Basile, un enfant à l'imagination débordante, qui se confronte à la réalité d'un premier jour d'école. Comment gérera-t-il sa différence ? Parviendra-t-il à en faire une force ? Oui parce que Basile a vraiment beaucoup d’imagination, ça déborde, ça l’embarrasse parfois. Les adultes mettent des « dys » dessus mais, franchement, ça aide pas. Un spectacle d’objets et de marionnettes totalement bluffant de poésie et de maîtrise proposé en partenariat joyeux avec Marionnettissimo.

« Chaque enfant est un artiste. Le problème, c’est de rester un artiste lorsqu’on grandit. » Pablo Picasso. C’est un credo qu’on aime bien au Grand Rond. Et on aime bien les spectacles qui nous le rappellent. Parce que malheureusement il faut nous le rappeler, que ces fameux·euses enfants « différent·e·s » sont avant tout des enfants. Rappelez-vous Le Monde de Jeanne, Zaza Bizarre

Dans Jeu, les marionnettes sont volontairement très minimalistes. Elles ne sont composées que d’une tête et d’une main. L’absence d’autres éléments (œil, bouche…) est un choix nous permettant de nous identifier facilement aux personnages en y projetant nos propres traits sans même y faire attention.
Cette absence est un prétexte pour que tout devienne corps. Le corps permet d’incarner le statut social : un sac d’école fait de Basile un écolier, une cravate faisant de son père un employé de bureau. Parfois le corps se limite à la main du manipulateur, c’est alors des moments plus intimes partagés entre le public et les personnages.

Les manipulateurs sont volontairement visibles par le public, tout comme les déplacements de scénographie. Tout est montré, rien n’est caché. L’imaginaire ne vient pas de ce que l’on voit mais de ce que l’on veut bien voir au travers de la réalité. C’est un surpassement de la réalité.



Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin