Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

[à l'écoute] Émission Au Grand Rond si j’y suis, mardi 9 mai de 14h à 15h sur Radio Mon Païs (90.1)

Pour la dernière de la saison, des artistes invités réagissent à l'actualité. Ils étaient avec nous : Marc Prépus et ses complices, Panda et Croûte, Sarah Nassar, Sébastien Osmont, Marc Compozieux et Hélène Larouy. En duplex de Paris, Renata Antonante et en duplex de Berne, Alexandre Bordier.

écouter ici


[à l'écoute] L'équipe du Grand Rond vous présente Le Grand Rond Pète les Plombs dans le Magazine de Canal Sud (92.2)

Le Grand Rond Pète les Plombs, c'est du 9 au 27 mai, et on vous en parle dans Le Magazine de Canal Sud.

écouter ici


Journal n°44 - mai/août 2017

Le nouveau journal est en ligne !
A feuilleter ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Perdre connaissance


© Manon Ona, DR
Compagnie : La Belle Cie
De : Écriture collective
Mise en scène : Direction : Didier Roux
Avec : Lise Avignon, Pascale Calvet, Thibault Deblache, Amélie Gasparotto, Charlotte Piarulli, Laurence Riout, Anne Violet

Représentation(s) :

Du 16 au 20 mai 2017 à 21h
genre : théâtre
durée : 1h


Prise de risque : s’engager dans une action qui pourrait apporter un avantage, mais qui comporte l’éventualité d’un danger. Tel pourrait être qualifié le spectacle que nous vous proposons cette semaine. Pourquoi ? Tout simplement car il s’agit d’improvisation totale et Vive le Grand Rond pète les plombs !

Sur le plateau vide, des corps se déplacent, déplacent ou sont déplacés. Ils s’assoient, se lèvent, chutent, s’immobilisent. Parfois parlent, murmurent, feulent, égrènent. Parfois se taisent.  Et petit à petit, partis de rien, une chorégraphie,  un rythme, un battement, un souffle s’installent. Et cet espace de la scène nous raconte non pas une histoire écrite d’avance mais des sentiments, des émotions jusqu’à Perdre connaissance ?
Didier Roux et la Belle compagnie débarquent à sept et plein de chaises (ils sont 13 dans la vraie version mais, nous, on a un trop petit plateau… ) Mais déjà, sept, c’est sûr ça vaut le détour… Une fois encore cette belle équipe nous subjugue par sa maîtrise du plateau, des corps, des émotions. Encore plus quand on sait que rien n’est écrit, que tout se joue sur le feu de l’action, sur des codes d’écoute… Faut venir le voir pour le croire, nous on en a tombé la mâchoire, on s’en remet à peine…



Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin