Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Passage à l'heure d'été
Jusqu'au 2 septembre, l'accueil est ouvert du lundi au samedi à partir de 14h. Les spectacles commencent à 20h30 et la billetterie ouvre à 20h.


Coup d'œil sur 17/18

Le programme annuel et synthétique de la prochaine saison est en ligne !
Rendez-vous ici pour découvrir tout ce qui vous attend.
Tous les détails sont à découvrir dans les pages du site.


Journal n°44 - mai/août 2017

Feuilletez le journal ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Arlequin poli par l'amour


© Régis Lepage
Compagnie : Nansouk,
De : Marivaux
Mise en scène : Charly Blanche,
Avec : Marlène Bouniort, Mallory Casas, Jean-Marie Champagne, Charly Blanche,
Création lumière : Amandine Gérome, Création sonore : Corentin Ternaux, Scénographie et Costumes : Charly Blanche

Représentation(s) :

Du 21 mars au 1er avril 2017 à 21h
du mardi au samedi (relâche les dimanche et lundi)

le mardi : 1 place achetée = 1 place offerte !
genre : Amour, gloire et beauté
durée : 1h10


La fée doit épouser l’enchanteur Merlin mais, croisant Arlequin profondément endormi, elle tombe immédiatement amoureuse de ce dernier et l’enlève dans son sommeil. A son réveil la fée découvre un personnage balourd et niais, obnubilé par son estomac. Qu’à cela ne tienne, il est trop mignon ! Et la fée tente par tous les moyens de l’éveiller aux choses de l’esprit et de se faire aimer de lui. 

Sous des apparences de conte de fée, la pièce de Marivaux est une charge féroce contre la toute puissance incarnée par la fée, une réflexion sur la « bêtise » (ou une forme aigüe de naïveté) et une vraie interrogation sur la quête du pouvoir. Pour lutter contre la fée il faut des armes… et ces armes ne sont-elles pas aussi dangereuses pour celles et ceux qui les utilisent que pour celles et ceux à qui elles sont destinées ? N’oublions quand même pas la question centrale : Arlequin sera-t-il « poli par l’amour » ? Autrement dit ce rustre à peine dégrossi s’éveillera-t-il à l’esprit grâce à l’amour ? Est-ce là un sentiment apte à transcender et à se transcender ?
La pièce de Marivaux est courte, nerveuse, cinglante. Elle n’a pas pris une ride. Les comédien·ne·s s’amusent comme des fous et folles dans une mise en scène ingénieuse et totalement libérée. Une vraie et belle réussite !





Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin