Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

 [ LA BIENNALE / Arts Vivants / International ]
24 SEPTEMBRE AU 12 OCTOBRE 2019 ! Après la conférence de presse de mardi 28 mai,
toutes les infos de l'évènement sur le site dédié : http://labiennale-toulouse.com/
N'hésitez pas à aller cliquer !


[à l'écoute] Émission Au Grand Rond si j’y suis, du mardi 14 mai de 14h à 15h sur Radio Mon Païs (90.1)

Ils seront autour des micros pour répondre à nos questions :
- l'équipe d'ARTO.
- le groupe Marcel Dorcel et son orchestre de merde, qui nous ont joué en playback deux chansons
- la compagnie de l'AGIT Théâtre
- Marc Compozieux pour sa chronique.

à écouter ici


Journal n°50 - mai/août 2019

Feuilleter le journal ici


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Olivier L’Hôte


© DR
Chanteur(s) : Olivier L'Hôte, Raphaël Chetrit (2ème voix)
Musicien(s) : Olivier L’Hôte (guitare) Raphaël Chetrit (violon)

Représentation(s) :

Du mardi 24 au samedi 28 février 2015 à 19h


Tonique, joyeux, ébouriffé, Olivier l'Hôte fête au Grand Rond la sortie de son nouvel album : De la lune et nous en sommes particulièrement heureux. Ses chansons vous amusent et vous attachent au fil d'un récital commencé dans la tendresse et progressivement emporté sur des rythmes folk. Elles sont portées par une voix intense comme autant d'allusions aux personnages qui nous habitent, aux états qui nous bouleversent, nous élèvent et nous mettent en lumière...

http://www.band.fm/olivier-lhote

Un peu de Presse

Fondateur du groupe Les Hôtes, Olivier L’Hôte revient avec un album sous son patronyme, après un EP sorti en 2009. La délicatesse de l’écriture et des images poétiques, la justesse de l’interprétation et la richesse des arrangements font de ce disque un projet très abouti. Tout au long de ces onze titres, qui font la part belle aux instruments à cordes, la formation réussit à alterner parfaitement les ambiances et les couleurs musicales. Dans des chansons tour à tour légères, entraînantes, troublantes ou lancinantes, il est question de la vie et de ses aléas ou des sentiments humains, des sujets très simples au demeurant mais essentiels. C’est avec enthousiasme qu’on se laisse emporter par la voix tantôt douce, tantôt puissante du chanteur et les envolées du violon, en particulier dans les très jolis Fantastique et monotone ou Surprends-moi. Au  final un petit bijou de sensibilité et de poésie, dont on ressort grandi.
Inès Boughzala – Francofans – 2014

Lecteur fidèle, tu sais à quelles gémonies Le Clou voue la chanson française lorsqu'elle se cantonne à se regarder le nombril en gratouillant ses croûtes. Mais aussi bien, le plaisir qu'elle nous vaut lorsqu'elle s'accorde ce je-ne-sais-quoi tombé d'on ne sait où le diable sait comment, l'indéfinissable petit supplément d'âme. L'Hôte l'a.
Son supplément d'âme à lui se tient dans l'étincelle qui ne cesse de briller au fond de son oeil : une joie, un plaisir d'être ici et maintenant de qui s'obstine au bonheur sans s'accorder pour autant les facilités de l'illusion ou de la naïveté. Supplément au supplément, des traits heureux dans le dessin des choses comme dans la plume qui le trace, Pénélope tissant "la layette du temps qui file", distances "à trois printemps de l'horizon". Une lucidité sans colère, encore une générosité dont l'énergie confirme l'optimisme jusque dans la mélancolie, à grandes fessées rieuses sur guitare consentante. Heureux mélange, et somme toute plutôt rare.
Son supplément d'âme à lui tient aussi dans ses compères, ce duo de cordes frottées qui n'aime rien tant que sauter de l'archet au pizzicato avec la même délicatesse dans la joie. Maxime Dupuis y est le discret, sagement assis derrière son violoncelle, l'oeil rivé sur le lutrin tandis que ses doigts dansent des gigues entre deux caresses aux cordes. Bertille Fraisse, visage sérieux câlinant la mentonnière qui soudain s'illumine d'un sourire de mille bougies, semble vaciller au bord de l'éclat de rire aux grimaces de son L'Hôte avant de prêter sa voix haute à un bref duo, puis retourner à son manche. Unissons, entrelacs, contre-pieds de deux instruments bien décidés à ne pas se laisser prendre au piège de la citation stylistique – un bonheur de plus.
La conclusion manque. Laissons-la à L'Hôte de ces soirs : "C'était pour te dire au revoir. On reste amis ? "

Djeyo – Le clou dans la planche – D’après le concert au théâtre du Grand-rond à Toulouse – 2011

Après des premières parties non négligeables  (Renan Luce, Têtes Raides, Les ogres…), Olivier L’Hôte sort  un deuxième opus plein d’élégance, une élégance modeste et modelée par l’intimité de belles mélodies acoustiques. Violon, guitare, violoncelle, ce chanteur à la voix douce conte ses chansons à mi-chemin entre l’épure folk et l’émotion classique. L’Hôte se sert de la musique pour jouer la partition de la vie telle qu’il la voit :  Fantastique et monotone. Soit un paradoxe poétique qui unit un album court, simple et poignant, mais non exempt d’un certain humour (Timidité, duo tendre autour d’un rendez-vous amoureux, ou Firelies, chanson live). Il faudra donc réserver un bel accueil au disque de cet auteur compositeur interprète qui soigne autant ses mélodies que ses textes.
Jeoffroy Vincent - Francofans – 2010

L’Hôte dispose d’un vrai talent de faiseur de mélodies qui vous attrapent dès les premières mesures. Né talentueux, L’Hôte maîtrise aussi la plume car les textes sont emplis de poésie, de sensibilité et aussi d’humour comme dans "Timidité", où il évoque l’appréhension d’un premier rendez-vous galant. Qu’Olivier se rassure, celui que nous avons pris avec ce disque n’a pas été manqué et nous attendons le prochain avec impatience.
Emmanuel Ronseaux - Le centre de la chanson – 2010

Musicien de talent qui détourne les codes de la chanson française. Influencé par Brassens et Brel, il nous invite dans un univers sensible et tendre où poésie et humour prennent écho dans ses chansons. Sa voix douce et rassurante est renforcée par les envolées du violon. A la première écoute de cet album aux mélodies entêtantes j’ai tout de suite ressenti la proximité qu’il y avait lors de ce concert en pleine rue, signe de toute la sincérité et de l’émotion véhiculées par cet artiste qui devrait prochainement trouver une place méritée dans le réseau national.
Petitcarnet.fr – Arnaud - 2009

Presse

Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin